Tous les articles par Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l'université Bordeaux Montaigne et est membre de l'équipe MICS du LERASS de l'université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)...

Patrimonialisation et mise en représentation des cultures portuaires (2/2)

Bordeaux 18e-1
Photogramme du film “Le Comte de Vergennes”, film HD, 10 min, production Axyz pour le Musée d’Aquitaine, 2009.

Dans le cadre de la parution du n° 33 d’Études photographiques, numéro spécial “Jeune recherche” dirigé par Michel Poivert et Dominique de Font-Réault, mon texte intitulé “Fabrique d’un objet muséographique, la photographie ancienne et son substitut numérique au musée d’Aquitaine” vient d’être mis en ligne. Je profite de cette occasion pour publier ici une réflexion qui a précédé ce texte et qui avait donné lieu à une communication faite en 2014 lors d’une journée d’études sur les cultures portuaires organisée par Caroline Le Mao.  Continuer la lecture de Patrimonialisation et mise en représentation des cultures portuaires (2/2)

Images et Humanités numériques, construction d’un terrain

Images_numériques_questionnaire
Capture écran faite lors de la construction d’une base de données consacrée aux ressources iconographiques concernant les travaux de restauration des Cathédrales d’Aquitaine. Drac Aquitaine, 2013 (projet en cours).

On le sait, la façon de faire des sciences humaines et sociales est désormais largement modifiée par les nouveaux et nombreux accès aux archives, aux œuvres ou aux sources numériques1. La gestion de ces collections numériques, leur recueil, leur conservation et leur diffusion, mais aussi l’analyse de ces corpus soulèvent par conséquent de nombreuses questions concernant plus spécifiquement les pratiques des scientifiques et enseignants chercheurs2. Fort de ce constat, de nombreuses enquêtes se multiplient pour tenter de mieux cerner ces recompositions professionnelles. A cet égard, et alors même que dans le cadre de ma mission actuelle pour la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine je suis chargée de réfléchir à la mise en oeuvre d’une étude, à l’échelle des sites universitaires Aquitains, sur la production et la gestion des données de la recherche en SHS à l’image de celle déjà produite par exemple à Lille 3, je me permets de relayer ici le questionnaire mis en ligne par l’Université de Reims, sous la direction notamment de Marianne Cailloux, Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’ESPE de Reims et membre du laboratoire CEREP.

Continuer la lecture de Images et Humanités numériques, construction d’un terrain

Musée du futur ? Numérique et médiations…

Après un long silence, dû essentiellement à de nouvelles charges de travail, je reviens rapidement ici afin de signaler le programme de deux journées d’études particulièrement riches pour toute personne s’intéressant à la muséologie numérique. Suite à l’invitation d’Emmanuelle Bousquet et de Jean-Louis Kerouanton, dans le cadre d’un séminaire où j’ai tout récemment présenté quelques-unes de mes dernières réflexions sur la “patrimonialisation numérique” de l’oeuvre journalistique de François Mauriac1, j’ai pu constater que l’Université de Nantes développait tout un axe de recherche à la frontière des Humanités numériques et de la muséologie.

Continuer la lecture de Musée du futur ? Numérique et médiations…

Portait du monument virtuel en objet médiateur

Maquette de la cathédrale Saint-Etienne de Bourges réalisée par Antoine Polissois en plâtre moulé, 1977-1978, Musée des Beaux-arts de Montréal. Cliché Jessica de Bideran, mars 2015.
Maquette de la cathédrale Saint-Etienne de Bourges réalisée par Antoine Polissois en plâtre moulé, 1977-1978, Musée des Beaux-arts de Montréal. Cliché Jessica de Bideran, mars 2015.

Lors d’un récent déplacement à Montréal, j’ai été marquée, au cours de ma visite du Musée des Beaux-arts, par la présence de grandes maquettes architecturales au sein des salles médiévales. Celles-ci, exposées sous des vitrines à l’abris des doigts baladeurs des visiteurs1, représentent la basilique du Sacré-Cœur de Paray-le-Monial et la cathédrale Saint-Étienne de Bourges. Continuer la lecture de Portait du monument virtuel en objet médiateur

Hist3D – Appel à communications

Quelques couvertures des Dossiers de l'archéologie avec images de synthèse, entre 1990 et 2010, éd. Faton.
Quelques couvertures des Dossiers de l’archéologie avec images de synthèse, entre 1990 et 2010, éd. Faton.

Depuis 2007, date de création d’EnsadLab, les travaux du Programme de Recherche Hist3D se sont portés sur l’histoire des images de synthèse en France et de leur influence à l’échelle mondiale, influence pourtant méconnue. En 2012, j’avais personnellement participé à la journée d’étude portant plus spécifiquement sur l’histoire des images de synthèse en architecture, sujet de prédilection en cette période de tests et de tâtonnements. Continuer la lecture de Hist3D – Appel à communications

La bande dessinée historique : l’Antiquité

FLYER-BD1

Pour faire suite à ce billet, je signale ici que les actes du colloque international sur la bande dessinée historique de 2011 vont paraître en février 2015 aux Presses de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour. Ce "premier cycle" consacré à l'Antiquité (essentiellement grecque et romaine) regroupe une trentaine d'articles d’enseignants et/ou de chercheurs de divers horizons mais aussi de professionnels de la bande dessinée (scénaristes), qui ont participé au colloque du 23 au 26 novembre 2011.

Continuer la lecture de La bande dessinée historique : l’Antiquité

Grottes virtuelles et médiations numériques, un emboîtement d’appropriations

Capture écran de la première "page" du site présentant l'abris du Roc-aux-Sorciers faite le 22 octobre 2014.

Capture écran de la première "page" du site présentant l'abris du Roc-aux-Sorciers faite le 22 octobre 2014.

Ce billet reproduit mes notes de recherches rédigées lors de la préparation de ma communication effectuée le 07 novembre dernier au Musée du Quai Branly dans le cadre du colloque international "Nouvelles technologies appliquées au patrimoine : perspectives et enjeux".

Continuer la lecture de Grottes virtuelles et médiations numériques, un emboîtement d’appropriations

Monuments virtuels et patrimoines numérisés, quelle représentation du temps ?

Publicité pour le lancement du projet trans-média de Dassault systèmes sur la restitution infographique de Paris publiée en 2012.

Publicité pour le lancement du projet trans-média de Dassault systèmes sur Paris 3D publiée en 2012.

Poursuivant ma réflexion sur le concept d’uchronie, une investigation sur les représentations iconiques du temps apparaît comme une évidence. Loin de nous toutefois l’idée de vouloir interroger la représentation du temps sur la longue durée1; il s’agit plus modestement de réfléchir à comment les dispositifs numériques qui re-documentent le patrimoine documentaire ou monumental mettent-ils en scène le temps, ce concept si complexe à définir et à cerner ? Continuer la lecture de Monuments virtuels et patrimoines numérisés, quelle représentation du temps ?

La librairie virtuelle de Montaigne, ou l’investissement de la matérialité dans les bibliothèques numériques

Restitution de la librairie de Montaigne, Crédits <a href="http://archeovision.cnrs.fr/plugins/kitcnrs/diapo_affiche.php?projet=MONTAIGNE"  2005.

Restitution de la librairie de Montaigne, Crédits Archéovision, 2005.

Travailler sur la numérisation et la mise en ligne des textes de presse de François Mauriac oblige à se poser la question de leur diffusion et donc de la forme à venir de ces "écrits d'écran". Au delà des questions d'ordre technique1 ou scientifique2, demeurent des interrogations sur les relations qu'entretiennent l'article publié dans un journal à un temps T et son fac-similé numérique3. Plus largement même, cette seconde documentarisation redéfinit le rapport entre le fragment numérique et l'oeuvre patrimoniale de l'écrivain. De nombreux chercheurs travaillent sur le statut du document numérique et, conséquemment, de nombreux écrits existent sur la littérature augmentée permise par l'action combinée de la numérisation et de la diffusion en ligne d’œuvres littéraires4.

La réflexion que j'expose ici témoigne quant à elle d'une approche "monumentale" de ces objets complexes que sont les bibliothèques virtuelles. Comme le soulignait récemment Louise Merzeau5, ces espaces numériques bien tangibles doivent en effet être aujourd'hui réfléchis à l'aune de la notion d'environnement. Si le concept de virtuel reste à mon sens riche pour analyser ces systèmes actualisables, la numérisation de masse du patrimoine documentaire voulue par les pouvoirs publics oblige en effet à créer des écosystèmes de connaissances bien réels, pertinents, intuitifs et visant un large spectre d'usagers.

Relevant en partie du design numérique6, cette mise en espace de contenus littéraires s'accompagne d'une réflexion complexe sur l'éditorialisation et la manipulation de ressources. Or, les établissements culturels gardiens de la mémoire collective (archives, bibliothèques, musées, monuments, etc.) possèdent une importante expérience en terme d'exposition et de valorisation patrimoniale qui influe inévitablement sur la forme de ces "médiations numériques". Ainsi, les médiations culturelles mises en place par ces structures – visites et parcours pédagogiques par exemple – s'hybrident parfois avec l'exploitation de ressources numériques proposant de facto de nouveaux services ou de nouveaux cadres d'apprentissage ; je pense ici notamment à l'édition numérique "Le roman des Morand" réalisée par Anne Verjus, chargée de recherche au CNRS - laboratoire Triangle et Corinne Manchio, doctorante à l'Ens de Lyon, en partenariat avec les Archives Municipales de Lyon dans le cadre de l'exposition "En toutes lettres... Lyon, 1760-1815 Correspondances privées" qui s'est tenue du 4 avril au 1er décembre 2012.

L'exploitation de ces documents numériques se déploie donc tant sur des espaces physiques, tels que les écrans d'ordinateurs, les smartphones ou encore les tablettes tactiles, qu'au sein de partenariats et de politiques structurelles tel que le programme des "Bibliothèques Virtuelles Humanistes". Or, un de ces programmes, le projet MONLOE ("MONtaigne à l'Œuvre", 2013–2015), permet de mesurer le pouvoir de suggestion du livre dans ce monde où les Cassandre prédisent sa disparition7. Programme de recherche d'édition numérique retenu par l'ANR, une des particularités de ce projet aux ramifications internationales est en effet d'envisager le regroupement d'un vaste corpus documentaire8 accessible à partir d'une plateforme éditoriale qui prévoit notamment la restitution de la bibliothèque de Montaigne en images de synthèse.

Capture écran de la consultation proposée actuellement pour le fac-similé du <a href="http://www.bvh.univ-tours.fr/Consult/consult.asp?numtable=B315556101_RD16_0006&amp;numfiche=1137&amp;mode=1&amp;ecran=0&amp;index=5"  re rustica libri</a>, crédit Bibliothèque municipale de Toulouse, 2014.

Capture écran de la consultation proposée actuellement pour le fac-similé du De re rustica libri, crédit Bibliothèque municipale de Toulouse, 2014.

 

A partir d'une première restitution du château de Montaigne dans son état d'avant 1850 réalisée par Robert Vergnieux et Pascal Mora (Archéovision) sous l'égide d'Anne-Marie Cocula  et d'Alain Legros, la renaissance de la "librairie" de l'écrivain9, avec ses inscriptions grecques et latines peintes au plafond, serait ici réutilisée dans une démarche inédite de création d'une "maison d’écrivain" virtuelle10 présentant une collection patrimoniale plus riche que celle dont dispose la véritable tour qui s'élève encore aujourd'hui aux frontières de la Gironde et de la Dordogne. Une restitution hypothétique de la disposition des livres sur les étagères11 permettrait alors à l'internaute de déambuler au milieu des rayonnages et d'accéder par un simple lien aux fac-similés numériques des ouvrages autrefois possédés par Montaigne et dont quelques-uns sont aujourd'hui en ligne.

Si l’expérience de la réalité virtuelle sur Internet, où notre corps précède finalement notre vision, peut être pensée comme un véritable "vécu éphémère"12, comment assurer une appropriation durable de ce lieux de mémoire virtuel ? En mimant les mécanismes corporels qui interviennent lors d'une visite dans un environnement tangible, cette bibliothèque virtuelle cherche dans tous les cas à dépasser le simple stockage de contenus patrimoniaux pour assurer une mémorisation sensible du lieu de vie et de travail de Montaigne. Du point de vue intellectuel, l'aboutissement de ce projet représenterait un document monumentaire complexe où monuments et documents s’interpénétreraient pour former une nouvelle uchronie. Or, les études en SIC pointent l'intérêt et l'apport des médiations présencielles dans les processus d'appropriation patrimoniaux. La médiation, qu'elle soit numérique ou analogique, n'est semble-t-il "que" contenue en puissance dans les dispositifs de traduction proposés au public et suppose donc d'être activée - actualisée - pour fonctionner...

  1. Choix de la plateforme, formats de numérisation, transcription en TEI, etc.
  2. Taille du corpus, construction de thésaurus pour l'alimentation des métadonnées, éditorialisation, etc.
  3. Selon l'étymologie du terme fac-similé, c'est-à-dire quelque chose - le document second ou le fichier pdf de l'article en question - matériellement semblable à la page de l'article - le document premier ou l'archive pour les historiens - littéralement posé sur l'écran de l'ordinateur.
  4. Sans aucunement viser l'exhaustivité, je pense notamment à Jean Clément, Jean-Michel Salaün, Christian Vandendorpe, Emmanuel Souchier, Yves Jeanneret, etc.
  5. Merzeau Louise, 2014, Mémoire numérique : entre éditorialisation et grammatisation, Les cahiers de la SFSIC, n°10, 56-65.
  6. Vial Stéphane, 2013, L'être et l'écran, comment le numérique change la perception, Préface de Pierre Lévy, Paris, PUF.
  7. Yves Jeanneret a par ailleurs parfaitement montré le pouvoir de suggestion du papier dans nos environnements numériques ; songeons simplement au "feuilletage" des revues sur tablettes tactiles. Cf. Jeanneret Yves, 2007, Les semblants du papier : l'investissement des objets comme travail de la mémoire sémiotique, Communication et langages, [En ligne], n°153, 79-94.
  8. Les principales éditions des Essais, l'édition "archéologique" de l'exemplaire dit "de Bordeaux" (1588, avec les additions autographes), tous les ouvrages portant la signature de Montaigne conservés dans les différentes bibliothèques publiques et privées, et une sélection d'ouvrages dont on peut considérer qu'ils constituent des sources majeures des Essais.
  9. Cocula Anne-Marie, 2011, Les Essais de Montaigne, une édition en mouvement, Nouveaux Cahiers François Mauriac, n°19, 15-26.
  10. La problématique des "maisons d'écrivain" et de leurs collections patrimoniales est particulièrement importante pour le programme "Mauriac en ligne" puisque celui-ci se fait en étroite collaboration avec Malagar, la maison girondine de Mauriac gérée par la Région Aquitaine. Un programme de numérisation des collections mauriaciennes conservées par cet établissement (agendas, photographies, manuscrits, correspondances, etc. ) est actuellement en cours de réflexion.
  11. Possible selon les spécialistes, et notamment selon Alain Legros, à partir des inscriptions qui restent sur les tranches ou les dos, peut-être autographes, des ouvrages.
  12. Bouldoires Alain, 2005, Réalités virtuelles et corporéité, Études de communication, [En ligne], n°28, mis en ligne le 16 janvier 2009, consulté le 14 septembre 2014.

Des monuments virtuels aux documents en ligne, quelle médiation numérique ?

Photogramme du film "L'ancien château de Sceaux" diffusé au sein des collections permanentes du château de Sceaux. Restitution réalisée à partir des archives numérisées. Crédit AmaK pour CG92, 2009.

Photogramme du film "L'ancien château de Sceaux" diffusé au sein des collections permanentes du château de Sceaux. Restitution réalisée à partir des archives numérisées. Crédit AmaK pour CG92, 2009.

Si ma thèse s'est consacrée à décrire les enjeux scientifiques, communicationnels ou encore médiatiques qui entourent l'édification de "monuments virtuels", je poursuis actuellement mes recherches en questionnant plus globalement les politiques de numérisation des institutions culturelles (musées, archives, bibliothèque et centres de recherche) et, de façon plus pragmatique, les outils de diffusion, de partage et de médiation du savoir ainsi mis en place en fonction des publics (sites web, banques de données, applications, etc.). C'est donc dans ce contexte que j'entame tout juste un contrat post-doctoral d'un an à l'Université Bordeaux Montaigne intitulé "Mauriac en ligne". Ce programme me donne ainsi l'occasion de poursuivre les réflexions entamées en élargissant le propos afin d'interroger plus amplement les liens entre Sciences de l'Information et de la Communication, Sciences historiques et Humanités digitales dans ce contexte de numérisation généralisée de l’accès aux savoirs.
Cette redocumentarisation généralisée et son inscription dans le contexte des "webs", sociaux et sémantiques, concerne l'ensemble des structures culturelles (monuments, bibliothèques, musées, archives) chargées de conserver le patrimoine et bouleversent les pratiques documentaires traditionnelles des professionnels du patrimoine. En effet, le lien évident entre monuments virtuels et documents en ligne est l'analyse des dispositifs de médiation numérique mis en place par ces différents acteurs pour donner accès aux savoirs et faciliter leur appropriation par des publics divers.
Mais cette médiation numérique existe-t-elle vraiment ? Si plusieurs ouvrages récents analysent1 ou posent2 la question de ces médiations, soulignons que l'on ne parle pas de médiations analogiques pour les pratiques "traditionnelles" mais, par exemple, de médiation présencielle ou encore de médiation documentaire.
Peut-on dès lors dire que la médiation numérique n'existe pas autrement qu'en tant que système outillé informatiquement mais non en tant que processus qui autorise l'appropriation d'une représentation sociale ? A observer les pratiques de mise en ligne de ressources patrimoniales, il est évident que ces processus sont finalement aussi divers que les dispositifs numériques disponibles et produits...

Voici en tout cas les réflexions que je développe actuellement au sein  d'un groupe informel de recherche en SIC et Sciences Historiques, à suivre sur le carnet "Com'en Histoire" ! Nous entamons justement aujourd'hui une nouvelle rubrique intitulée "Dialogue", et dont l'objectif est de recueillir des témoignages d'experts en patrimoine. Ce réseau est ouvert à toute personne qui souhaite contribuer...

  1. Joumana Boustany, Evelyne Broudoux et Ghislaine Chartron, 2014 : La médiation numérique, renouvellement et diversification des pratiques, Actes du colloque "Document numérique et société ", Zagreb, 2013, Paris : de Boeck.
  2. Bernadette Dufrêne, Madjid Ihadjadene et Denis Bruckmann, 2013 : Numérisation du patrimoine, Quelles médiations ? Quels accès ? Quelles cultures ? Paris : Hermann.

Le concept d’uchronie est-il applicable au patrimoine ?

Construction de Notre-Dame de Paris, représentation hypothètique du chantier en 1208. Crédits modélisation Laurence Stefanon, 2013.
Construction de Notre-Dame de Paris, représentation hypothétique du chantier en 1208. © Modélisation Laurence Stefanon, 2013.

Depuis quelques semaines maintenant le travail de restitution infographique de Notre-Dame de Paris effectué par Laurence Stefanon sous la direction de Dany Sandron et Andrew Tallon fait l’objet d’une exposition au sein du déambulatoire de ce célèbre monument.
Cet événement est le support idéal pour une réflexion plus générale sur les représentations contemporaines du patrimoine qui me permet de poursuivre mes récentes réflexions sur le concept d’uchronie1. Cette mise en scène infographique de neufs siècles d’évolution architecturale propose à la dizaine de millions de visiteurs annuels un récit où se confronte plusieurs chronologies et plusieurs discours, processus désormais récurrent des pratiques culturelles et touristiques. Interroger les représentations des chronologies patrimoniales nous ramène donc à l’uchronie. Du point de vue terminologique l’uchronie, littéralement “ce qui n’a pas de temps”, consiste en une “Histoire refaite en pensée telle qu’elle aurait pu être et qu’elle n’a pas été2.

Les monuments virtuels comme des machine à remonter le temps

Les nombreux programmes de restitution infographique qui animent la communauté scientifique illustrent parfaitement cette définition. C’est ainsi notamment que Frédéric Kaplan, qui dirige le programme “Venice Time Machine” présente ce vaste chantier intellectuel : “… au final, il ne s’agit pas tant de reconstruire le passé véritable que d’explorer l’espace des Venises possibles, un espace toujours re-sculpté par les nouvelles découvertes historiques, un espace trop grand pour tenir dans la tête d’un seul chercheur, mais que l’informatique peut nous aider à cartographier ensemble. Véritable programme d’Humanités Digitales, ce défi scientifique énonce donc dans son titre même le thème de la machine à remonter le temps, dispositif fondateur et récurrent de l’uchronie. Le patrimoine virtuel, un patrimoine des possibles donc, instaure par conséquent une évocation du temps, mais aussi et tout logiquement de l’espace qui évolue inévitablement différemment selon les changements qui impactent la durée chronologique ; utopie et uchronie paraissent de fait s’hybrider pour fonder un récit patrimonial complexe.

Photographie publiée dans la journal Sud-Ouest le 11 mai 2010 et illustrant un article intitulé "La machine à remonter le temps est née" présentant un programme de visite en réalité augmentée. © Photo Laurent Theillet, 2010.
Photographie publiée dans la journal Sud-Ouest le 11 mai 2010 et illustrant un article intitulé “La machine à remonter le temps est née” présentant un programme de visite en réalité augmentée. © Photo Laurent Theillet, 2010.

Le patrimoine comme point de divergence historique ?

Il me semble donc pertinent de classer les monuments virtuels dans cette catégorie de récits, puisque malgré toute la rigueur scientifique qui accompagne ces modélisations infographiques, ces dernières n’en demeurent pas moins des représentations d’une réalité passée qui n’a jamais existé précisément dans cet état3, mais qu’en est-il plus généralement du patrimoine dans son ensemble ? Cette question de temporalité des institutions culturelles conservant notre mémoire est notamment abordé par Bernard Deloche dans un court ouvrage disséquant la mythologie des musées qui sont4, selon lui, des lieux ucrhoniques justement parce qu’ils créent une pseudo chronologie qui s’étire dans l’espace, un espace qui “vise à nous faire échapper à l’histoire pour fonder une stabilité intemporelle et pérenne” (Deloche 2010, 53).

Vue en coupe  de Notre-Dame de Paris en 1350. Crédits modélisation Laurence Stefanon, 2013.
Vue en coupe de Notre-Dame de Paris en 1350. Crédits modélisation Laurence Stefanon, 2013. 

Cette dernière affirmation est bien sûr également applicable aux sites patrimoniaux qui constituent des emplacements réels et absolument autres, des “ailleurs” sacrés par notre société contemporaine car représentant des espaces privilégiés pour accéder à notre histoire et aux hommes du passé. La chronologie y subit alors une distorsion :

– d’un côté le monument est “cristallisé”, pour employer un terme propre à l’univers de la restauration, dans un état supposé historique, idéalement l’état du site où celui-ci a cessé d’avoir un usage précis pour être patrimonialisé ;

– de l’autre, l’inscription et le fonctionnement de ce site désormais historique au sein de la société évolue inévitablement selon l’époque et la culture.

Contrairement en effet à ce qu’affirme Bernard Deloche au sujet des musées, ces institutions gardiennes de notre mémoire que sont les monuments historiques sont loin d’être coupées du présent et par conséquent inadaptées au monde contemporain. Cette exposition de monuments virtuels – de cathédrales numériques – au sein du déambulatoire de Notre-Dame prouve à quel point cet espace est loin d’être figé historiquement ; lieux de culte, monuments historiques en restauration, sites patrimoniaux proposant à un public de plus en plus large des expériences de visite, autant de processus d’appropriation auxquels sont soumis ces édifices religieux hérités du Moyen Age.

Vue en coupe actuelle de Notre-Dame de Paris. Crédits modélisation Laurence Stefanon, 2013.
Vue en coupe actuelle de Notre-Dame de Paris. Crédits modélisation Laurence Stefanon, 2013. 

Si au sein des monuments historiques la chronologie se dédouble, se tord en créant finalement un récit intemporel (ou atemporel ?), le concept d’uchronie est-il toujours valable pour analyser le patrimoine ? En littérature, où ce principe est notamment appliqué dans le riche domaine de la Science Fiction, l’uchronie est un récit qui réinvente et réécrit l’histoire sur la base d’un point de divergence.  L’uchronie est donc aux antipodes du temps historique long, celui de Fernand Braudel par exemple, puisqu’elle place un événement fondateur comme source du récit, comme point d’origine d’une nouvelle histoire. Quel serait dès lors le point de divergence qui construit le patrimoine ? A première vue, le point de divergence est ce moment où le regard de la société sur l’objet est réorienté et donc où celui-ci se voir patrimonialisé (Davallon5 2006). Mais à partir de ce mouvement, et contrairement à un récit uchonique classique, le patrimoine ne connait pas dès lors une évolution chronologique détachée du temps présent, parallèle et autre. Au contraire, et ces expériences actuelles de valorisation le prouvent, coexistent dès lors deux temporalités : un temps passé figé et un temps contemporain événementiel. N’est-ce pas finalement dans cette confrontation des temporalités, celle de la conservation et celle de la médiation, celle du patrimoine et celle du patrimoine virtuel ici, que se concrétise l’uchronie qui se manifeste dans “l’espoir d’avoir tout à la fois : la modernité d’un “concept” révolutionnaire et la pérennité d’un objet patrimonial” (Jeanneret6 2007, 86) ?

  1. Signalons qu’en littérature, l’ouvrage de référence sur l’uchronie est l’ouvrage d’Eric B. Henriet, L’Histoire revisitée, Paris : Les Belles Lettres, réédition revisitée, 2004.
  2. Article “Uchronie“, d’après le CNRTL.
  3. A cet égard, on pourra consulter la récente étude de Julien Lalu sur la représentation de la Première Guerre Mondiale dans les jeux vidéo sur le site du Centenaire 14-18 : Représenter la première Guerre Mondiale dans les jeux-vidéo entre absence et uchronie, mai 2014.
  4. Bernard Deloche, Mythologie du musée, Paris : Le cavalier Bleu. On pourra en lire une critique ici.
  5. Jean Davallon, Le Don du patrimoine : Une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Paris : Hermes-Lavoisier, 2006.
  6. Yves Jeanneret, Les semblants du papier : l’investissement des objets comme travail de la mémoire sémiotique, Communication & langages, 153,  2007 : 79-94.

Visites numériques et parcours augmenté, ou les interactions complexes des touristes avec le patrimoine

Principe de portage de la machine Imayana. © Heritage Prod. 2012.
Principe de portage de la machine Imayana. © Heritage Prod. 2012.

Je publie ici l’article que j’ai écrit pour le dossier “Usages et usagers à l’ère du numérique” dirigé par Chrystelle Desbordes et Corinne Melin, dans le cadre de l’édition du numéro 2 de la revue Échappées, publiée par l’Ecole supérieure d’Art des Pyrénées (Pau et Tarbes) et intitulé “Visites numériques et parcours augmenté, ou les interactions complexes des touristes avec le patrimoine”.
Celui-ci fait suite aux billets précédemment publiés dans le cadre de mon carnet.

Documentarisation et construction du discours de l’historien de l’art

Panneau de présentation des travaux de restauration actuellement menés sur le Portail Royal de la cathédrale de Bordeaux. Cliché ©Jessica de Bideran, 2013.
Panneau de présentation des travaux de restauration actuellement menés sur le Portail Royal de la cathédrale de Bordeaux. Cliché © Jessica de Bideran, 2013.

Ce Mardi 06 mai 2014 se tiendra au Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale de Poitiers une journée d’étude consacrée au Portail Royal de la Cathédrale Saint-André de Bordeaux organisée par Markus Schlicht, Chercheur au CNRS, Historien de l’art spécialiste de la fin du Moyen Age. J’y présenterai une communication intitulée “A propos des apôtres du Portail Royal : documentarisation et construction du discours de l’historien de l’art”.

A travers celle-ci, dont le sous-titre aurait pu être “Pour une propédeutique des Humanités Digitales en Histoire de l’Art“, je souhaite poursuivre mes réflexions portant sur la documentarisation numérique du patrimoine monumental , réflexions éprouvées dans le cadre du programme scientifique sur lequel je travaille actuellement1 et également abordées en novembre dernier lors de la journée d’étude organisée avec Patrick Fraysse et Julie Deramond à l’Université Paul Sabatier de Toulouse, “Le document, concept commun et débats entre SIC et Histoire“.

Il sera question d’interroger, en suivant la circulation de ces apôtres et de leurs multiples représentations patrimoniales, les possibilités heuristiques proposées par les dispositifs numériques pour la recherche et l’enseignement en Histoire de l’Art. En confrontant ces outils à d’anciennes pratiques de documentarisation et de mise en exposition des ressources documentaires, nous souhaitons aller au-delà de la transparence dont se pare généralement cette re-documentarisation numérique2.

  1. Programme de recherche-action mené conjointement avec la DRAC Aquitaine et l’Université Bordeaux Montaigne intitulé “Cathédrales Numériques”. Il s’agit de réfléchir et de mettre en oeuvre la numérisation, l’indexation et la valorisation digitale d’une riche documentation technique et professionnelle concernant les travaux de restauration des cathédrales d’Aquitaine. Au-delà de l’analyse documentaire du fonds d’archives propre à toute recherche en Sciences Historiques, l’organisation du travail de réflexion est notamment menée sur la base de problématiques structurantes concernant les questions de médiation patrimoniale via les dispositifs numériques (contenus de médiation, usages des TIC, exploration des publics, appropriation des discours et pratiques culturelles, etc.).
  2. Sur ce sujet nous pensons bien sûr au travail de Corinne Welger-Barboza et donc à l’Observatoire Critique.

Patrimoine virtuel, visites augmentées : nouveaux standards de découverte des villes et pays d’art et d’histoire ?

AfficheDans la continuité de la journée d’étude organisée le 24 mars 2013 à Noisiel, l’ANAP propose, avec le soutien de la Ville de Laval et du salon Laval Virtual, de nouvelles rencontres professionnelles destinées aux animateurs des Villes et Pays d’Art et d’Histoire sur le thème “Patrimoine virtuel, visites augmentées : nouveaux standards de découverte des villes et pays d’art et d’histoire ?”.

Deux journées, les 07 et 08 avril prochains, qui donneront l’occasion d’aborder les enjeux contemporains de ces mises en scène patrimoniales, enjeux tant scientifiques que culturels ou financiers.

Pour en savoir plus, consultez le programme :

Patrimonialisation et mise en représentation des cultures portuaires

Bordeaux 18e-1
Photogramme du film “Le Comte de Vergennes”, film HD, 10 min, © Axyz, Musée d’Aquitaine, 2009.

Invitée par Caroline Le Mao à participer au Séminaire Interdisciplinaire Doctoral “CULTURES PORTUAIRES. Regards croisés sur les ports européens” organisé le 05 mars dernier par le Centre d’Etude des Mondes Modernes et Contemporains de l’Université Bordeaux Montaigne, j’ai poursuivi ma réflexion entamée sur la visite virtuelle de “Nantes en 1757″ récemment publiée dans la revue MEI par une “Approche comparée des multimédias au Musée d’Aquitaine (Bordeaux) et au Musée des ducs de Bretagne (Nantes)”.
Cette communication fera l’objet d’une prochaine publication dans la revue de l’Ecole Doctorale de l’Université Bordeaux Montaigne, Essais.