Tous les articles par Olivier Beuvelet

L’image-fente : de l’expérience esthétique à l’émancipation éthique

D9-Image-fente regard caméra 54

Le Décalogue 9 (40:08)

Résumé : Comment voir ? Comment donner à voir ? Telles sont les deux questions posées par le second commandement de la loi mosaïque, celui qui n’est pas officiellement mentionné dans Le Décalogue de Kieślowski mais dont l’ensemble du polyptyque semble travailler la substance. En partant de l’exemple énigmatique d’un tableau qui ne cesse de glisser sur le côté, dans Le Décalogue 8, où il est justement question d’éthique, cette présentation illustrée cherchera à montrer comment la forme visuelle de la fente ; persiennes, embrasures de porte, guichet troués, objets interposés… venant contrer la puissance organisatrice du cadre, permet de porter sur un plan esthétique l’enjeu éthique du Décalogue : l’expérience initiatique d’un regard libéré de ses attachements et de ses illusions. 

Continuer la lecture de L’image-fente : de l’expérience esthétique à l’émancipation éthique

“Homeland : Irak, année zéro”

Haydar dans Homeland d'Ans Fahdel

Haydar dans Homeland d’Abbas Fahdel

Homeland : Irak année zéro, le documentaire monumental (au sens propre) du réalisateur franco-irakien Abbas Fahdel n’est pas seulement un film à voir. C’est un film à respirer, à palper, à sentir, à laisser venir, la tête bien calée sur le haut du dossier. C’est un film avec lequel on est par le regard mais aussi avec tout son corps, parfois encombrant durant la longue durée de ce voyage documentaire. On le gratte, on le bouge, on le repositionne, mais jamais l’œil ne quitte la surface de l’écran, frontière poreuse avec l’autre monde, l’autre vérité, l’autre point de vue. Devant ce film incroyablement simple et direct, on comprend enfin ce qu’est l’Histoire vécue au revers intime des images de l’Histoire médiatisée en direct. Sans s’identifier au point de vue du filmeur, le spectateur se met à la place d’Abbas Fahdel pendant les 5 heures 34 (en deux parties) que dure le film.

Continuer la lecture de “Homeland : Irak, année zéro”

“Poétique du cerveau” de Nurith Aviv ou la figure de la perte féconde …

représentation du cerveau de Nurith Aviv

Poétique du cerveau s’ouvre par un entremêlement de perte et de mise au monde ; une fille – la mère de la cinéaste – cherche sa mère, disparue en Europe, au moment où elle met au jour son enfant, Nurith. Il s’achève avec une fille (cette enfant – Nurith Aviv elle-même) qui perd sa mère en mettant au jour un film … La perte est scandaleusement liée à la mise au jour, comme la naissance à la mort… et c’est aussi la loi du cerveau.

Continuer la lecture de “Poétique du cerveau” de Nurith Aviv ou la figure de la perte féconde …

La mécanique des vagues, esthétique et pragmatique du GIF animé

Depuis le début du mois de juin 2015, il est possible de poster et de partager des Gif1 animés sur Facebook. Presqu’un an après son cousin Twitter, le forum réticulaire et universel qui réunit près d’un milliard de comptes (et presque autant d’êtres humains) a cédé aux ondulations des sirènes, répétitives, de ce format d’images animées propres à Internet. Continuer la lecture de La mécanique des vagues, esthétique et pragmatique du GIF animé

“Selfie” : une histoire de mot tendre …

autoportrait ou selfie pris dans l'ascenseur du Reichstag, février 2013

A la suite d’un précédent billet dans lequel je présentais le film de Jafar Panahi comme une forme de contestation artistique s’appuyant sur le paradigme du selfie, deux remarques intéressantes m’ont été faites sur le sens de ce terme.

Tout d’abord une lectrice de Médiapart (où le billet a été republié), au nom très aristocratique de Rillettes de canard, me demande : “Quelle est la différence entre un selfie et un autoportrait ? Continuer la lecture de “Selfie” : une histoire de mot tendre …

Jafar Panahi : quand l’émancipation prend la forme du selfie

Taxi Téhéran

Taxi Téhéran de Jafar Panahi est indéniablement un film contestataire. Il a été réalisé malgré une interdiction par un cinéaste empêché – auquel il est interdit de travailler en Iran et qui ne peut non plus en sortir ni s’adresser directement à la presse. Mais ce qui est le plus contestataire dans ce long-métrage, ce n’est pas son propos, ou très peu et très indirectement, c’est son existence même Continuer la lecture de Jafar Panahi : quand l’émancipation prend la forme du selfie

GoT sur Gouvernement.fr : Quand la Web-communication se prend les pieds dans le tapis des réformes…

Tweet du SIG dimanche 12 avril 2015

Apparu sur le site très officiel Gouvernement.fr à partir de liens lancés dans les réseaux sociaux depuis des comptes du SIG (Service d’Information du Gouvernement), ce matin, une présentation de six pôles des réformes gouvernementales sous l’aspect d’un avis aux familles nobles des sept royaumes tout droit sorti de Game of Thrones. Continuer la lecture de GoT sur Gouvernement.fr : Quand la Web-communication se prend les pieds dans le tapis des réformes…

“Histoire de Judas” : quand le vent frais de l’interprétation circule dans les coulisses de la passion…

Histoire de Judas de Rabah Ameur-Zaïmèche

Rabah Ameur-Zaïmèche est sûrement un des cinéastes français les plus libres et les plus radicaux de ces dix dernières années. Film après film, il suit un chemin âpre et exigeant, en dehors des catégories dominantes, engagé dans une sorte de recherche inspirée et très construite de ce qui constitue la liberté d’une conscience, d’un esprit, d’un regard fraternel qui ne s’exclue jamais de la matérialité du monde ni de ses contingences économiques et politiques. Continuer la lecture de “Histoire de Judas” : quand le vent frais de l’interprétation circule dans les coulisses de la passion…

Kieślowski et la photographie ou le lien « ombilical » selon Barthes …

La photographie

A l’instar du guichet qui joue un rôle important dans son œuvre et a été l’objet exclusif d’un de ses premiers films, la photographie, sous différentes formes, est très présente dans l’ensemble des films de Krzysztof Kieślowski.  Elle a aussi donné lieu à un de ses premiers films documentaires en 1968, intitulé simplement La photographie. Nous allons essayer de suivre ici la manière dont Kieślowski se sert de l’objet “photographie” comme motif de l’origine et du lien à l’origine de l’image filmique. Continuer la lecture de Kieślowski et la photographie ou le lien « ombilical » selon Barthes …

La représentation de l’accouchement (du réel) dans le cinéma à visée documentaire

"Premier amour" (1974) de Krzysztof kieslowski, Jadzia en plein accouchement.

On sait que Krzysztof Kieślowski a trouvé le terme de sa quête du réel à travers les images à visée documentaire après avoir effectué un zoom avant sur une larme qui coulait sur la joue de Romek au moment où il annonçait à sa mère au téléphone, qu’il venait d’avoir une fille. Cette chose des larmes, comme le rappelle Slavoj Zizek, aura été pour lui une éclaboussure amère et un retour déplaisant à sa propre présence comme sujet regardant, et comme filmeur intrusif. Ce fut  le point de départ d’une prise de conscience éthique et d’un abandon progressif du cinéma à visée documentaire. Il fera appel à des comédiens, substituera la glycérine aux vraies larmes, la représentation fictive de l’émotion à la vraie émotion filmée. Moment décisif donc que cet accouchement filmé en direct avec ses conséquences affectives chez les sujets qui l’ont réellement vécu, qu’ils soient filmés ou filmeurs. Continuer la lecture de La représentation de l’accouchement (du réel) dans le cinéma à visée documentaire

“Citizenfour” ; Hollywood, le documentaire et la fabrique du héros …

snowden-citizen-fourEdward Snowden, alias Citizenfour, ne veut pourtant pas être le centre de l’affaire. Il le dit  à Laura Poitras qui le filme dans son hôtel à Hong-Kong, avant que son nom ne soit divulgué dans la presse, en pleine campagne de révélation des méthodes d’espionnage universel de la NSA par le journaliste Glenn Greenwald. Il s’interroge en bon connaisseur des mécanismes médiatiques. Il redoute une affaire Snowden qui déplacerait le scandale de la NSA sur le terrain du destin personnel d’un individu, en ferait un récit héroïque.  Continuer la lecture de “Citizenfour” ; Hollywood, le documentaire et la fabrique du héros …

« Toto et ses soeurs » ou la dramaturgie du réel

Toto in Toto et ses soeurs

Toto in Toto et ses soeurs

Toto et ses soeurs, d'Alexander Nanau s'ouvre sur un plan en plongée donnant sur une cité HLM de Bucarest, lumière rasante et naturelle, brumes matinales, automne en Europe centrale. Un enfant escalade un mur, joue avec ses copains, marche dans la rue au coeur de la cité. Un petit brun qui se distingue du lot simplement parce que le cadrage le suit, souligne son existence et finit par le nommer. C'est Totonel dit Toto. 

Deux jeunes filles nettoient un appartement très mal meublé, il fait encore chaud, on frotte, on lave, ce sont les enfants qui gèrent la maison. Lumière naturelle, équilibrée, l'image HD est juste, précise, la caméra est portée, près des personnages, les suit sans entraver les gestes ni régenter l'espace perçu et enregistré.

Continuer la lecture de « Toto et ses soeurs » ou la dramaturgie du réel

Signalétique anti-Djihadiste : comment extérioriser l’ennemi intérieur …

bonnie and clyde-2Depuis les tueries des 7, 8 et 9 janvier, l'inconscient colonial de la France n'en finit pas de remonter à la surface, libéré d'un surmoi culpabilisant qui l'avait trop bien anéanti dans la forclusion du "silence, jusque là tout va bien !". Essentialisation "des" musulmans, audition d'enfants de huit ans ayant dit des bêtises en classe, dénonciations multiples et variées d'élèves par des enseignants et d'enseignants par des élèves, le pays se trouve pris dans une campagne guerrière exaltée qui cherche, de nouveau, à éliminer son ennemi intérieur. Continuer la lecture de Signalétique anti-Djihadiste : comment extérioriser l’ennemi intérieur …

Charlie Hebdo et la question de la liberté des artistes…

1) Le temps des pro-fête ...
ce-dessin-de-notre-dessinateur-laurent-salles-peut-etre-decoupe-et-brandi-lors-des-manifestations-en-hommage-aux-victime-de-charlie-hebdo-ce-week-endLe coeur du traumatisme collectif causé par la tuerie de Charlie Hebdo, c'est la rencontre surréaliste et pourtant vraie entre des djihadistes armés de kalachnikov et des artistes en train de parler et de dessiner, dans un immeuble anonyme situé en plein coeur de la capitale. Soudain, les guérilleros fanatiques du moyen-orient sortaient des écrans de la télévision, des vidéos de propagande ou des photos des journaux pour agir dans notre réalité, au coeur de notre quotidien. Pire, ces êtres vidéos devenus réels étaient des enfants de chez nous, des Buttes-Chaumont, passés par notre école, des enfants dont le jeu d'identification morbide à leur religion était allé jusqu'au meurtre d'un personnage imaginaire : "on a tué Charlie Hebdo !", criaient-ils dans la rue où ils voulaient apparaître...

Continuer la lecture de Charlie Hebdo et la question de la liberté des artistes…