Réinterpréter l’esthétique de l’archive d’Harun Farocki

Le 1er juin 2016, dans le cadre du colloque annuelle de l’Assocation canadienne d’études cinématographiques, j’ai présenté un état de la recherche que je mène actuellement sur le film d’Harun Farocki, En Sursis (cf. pour mémoire la bibliographie partagée sur ce carnet il y a quelques semaines). Intitulée Réinterpréter l’esthétique de l’archive d’Harun Farocki à  l’aune de sa pratique du montage pour  En Sursis (2007), celle-ci a pris place dans le cadre d’un panel sur L’Évolution des pratiques en fonction du support audiovisuel (programme … Continuer la lecture de Réinterpréter l’esthétique de l’archive d’Harun Farocki

Périscope debout

Il aura suffi d’une vidéo pour mettre fin à l’intoxication de l’hôpital Necker. Parmi les hauts faits de l’application Périscope, dédiée à la diffusion en direct d’enregistrements au smartphone, rachetée par Twitter en 2015, il faudra désormais compter la vidéo du journaliste du Monde Pierre Trouvé, réalisée le 14 juin…

Lire la suite…

Le phénomène des tutos. Apprentissage et transmission du geste à l’heure du 2.0

Dans son édition 2016, le petit Larousse a ménagé une place à 150 nouveaux mots, dont le nom commun « tuto ». La définition nous apprend qu’il s’agit d’un « guide d’apprentissage, sur support papier ou sur internet, constitué d’instructions visuelles (photos, vidéos) montrant comment réaliser une tâche dans des domaines très variés tels que les loisirs créatifs, le bricolage, la beauté, la cuisine, la photo, etc ». Le petit Larousse prend ainsi en compte l’émergence progressive d’un phénomène spécifique, qui n’est pas celui des tutoriels (un mot qui reste attaché à son origine informatique : un logiciel permettant de se former à d’autres logiciels), mais des « tutos ».

Continuer la lecture de Le phénomène des tutos. Apprentissage et transmission du geste à l’heure du 2.0

Ce que dit Albert-Kahn en Open data

Capture d’écran 2016-06-14 à 10.02.17J’ai toujours éprouvé une certaine fascination pour l’exemplaire Albert Kahn. Son projet, au-delà de la philanthropie et de l’humanisme affiché, semble démontrer qu’il ressentait très puissamment le pouvoir de la photographie, sa capacité à provoquer une mélancolie dont l’objet n’a pourtant aucun lien biographique avec nous. Aujourd’hui (14 juin 2016), un ami facebook partage un […]

Que dit la théorie de la photographie?

A l’occasion de la parution du n° 34 de la revue Etudes photographiques, je reproduis ci-dessous mon éditorial.   Après avoir abondamment nourri l’intérêt pour la photographie à la fin du XXe siècle, le questionnement théorique s’était brusquement tu avec le choc du numérique. L’abstraction du pixel ne contredisait-elle pas…

Lire la suite…

La crue de la Seine visible sur Twitter, invisible sur Facebook (Notes)

En général, les phénomènes météorologiques sont une occasion génératrice d’activité photographique sur les médias sociaux, la première neige ou les cerisiers printaniers, sont des moments pour un groupe habitant la même zone géographique d’accueillir les changements saisonniers par le partage d’une expérience collective relayée sur les réseaux sociaux. Cependant, lors des périodes de fortes pluies ou des inondations, qui touchent des pays européens depuis trois jours, la publication de photographies ou de vidéos semblent ne pas être aussi visibles sur les réseaux amicaux.

Continue reading

Atelier de l’ARIP : mercredi 10 juin à 18H30

Chères et chers collègues , Nous vous invitons chaleureusement le mercredi 10 juin  au huitième et dernier atelier du cycle mené par l’Association de Recherche sur l’Image Photographique (ARIP) pour la saison 2015-2016. Avec toujours comme objectifs de découvrir de nouveaux sujets de recherche et d’aborder des questions de méthodologie de la recherche en histoire de la photographie, dans un cadre bienveillant et participatif, nous aurons le plaisir d’accueillir Lila Neutre, doctorante à l’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles et Pierre-Emmanuel Perrier de … Continuer la lecture de Atelier de l’ARIP : mercredi 10 juin à 18H30

Compte-rendu de l’atelier du 10 mai 2016

Compte-rendu l’atelier de l’ARIP du 10 mai 2016 Une dizaine de personnes est présente lors de cette réunion qui se tient en salle Demargne. Nous accueillons Mathilde Redaud pour une présentation intitulée “Les archives inédites de l’ARPA : une source précieuse aux enjeux méthodologiques”. Mathilde Redaud a achevé son Master à l’Université Bordeaux Montaigne et se propose de revenir sur les enjeux méthodologiques de son travail deux ans après sa soutenance et en vue d’un projet de thèse. Sa présentation se développe selon trois axes : Présentation … Continuer la lecture de Compte-rendu de l’atelier du 10 mai 2016

Le retour du personnage (notes)

Paul Ricœur caractérise avec Aristote le récit par l’intrigue, ou agencement des faits, qui subordonne la considération des caractères à celle de l’action, et présente une histoire comme une temporalité close, auto-organisée et signifiante1. Le roman policier ou le récit historique fournissent les exemples achevés de cette narration méthodique, strictement…

Lire la suite…

Une masse invisible

G. Reiske, Portrait de famille, date ?

(Note provisoire)

Lorsque je me suis mis en quête d’études sur le portrait au XIXe siècle, j’ai été surpris d’en trouver si peu. Tous les historiens s’accordent néanmoins pour affirmer que ce siècle fut celui du portrait. Le nombre des effigies peintes ou sculptées y atteignit des sommets, en lien avec l’affirmation d’une clientèle bourgeoise avide de cette forme symbolique de reconnaissance sociale. Divers indicateurs se révèlent pertinents pour mesurer ce phénomène : le grand nombre d’ateliers de portraitistes dans les principales capitales européennes ; la part croissante des portraits présentés lors des Salons successifs (jusqu’à 30 % certaines années) ; la fortune acquise par les peintres de portrait les plus renommés.

Continuer la lecture de Une masse invisible

Il y a un siècle, l’ «excellence universitaire» mobilisait plus l’Etat qu’aujourd’hui

Je reproduis ci-dessous un article de Pierre-Cyrille Hautcœur, président de l’EHESS, paru dans Le Monde du 26 mai 2016 (édition abonnés). Le 29 avril, le premier ministre a proclamé les résultats du jury de confirmation des «initiatives d’excellence» (IDEX), dotant définitivement les universités fusionnées de Bordeaux, Marseille et Strasbourg d’accroissements…

Lire la suite…